Alienum phaedrum torquatos nec eu, vis detraxit periculis ex, nihil expetendis in mei. Mei an pericula euripidis, hinc partem.

Mémé Suzon, la Matriarche

Mémé Suzon / Entreprise  / Mémé Suzon, la Matriarche

Mémé Suzon, la Matriarche

Né le 12 juin 1920 à Grenoble, Mémé Suzon a très tôt développé ses talents de chef cuisinière en préparant le dîner pour toute la famille après sa journée de travail à la ganterie .

Pendant la guerre, Mémé Suzon du se cacher dans le maquis avec mon grand père et ainsi faire preuve d’ingéniosité pour varier les repas sans pour autant beaucoup de diversité d’aliments et de matières premières… C’est à ce moment qu’elle découvrit les variétés et les bienfaits des plantes sauvages et autres petites baies pour agrémenter ses plats de maquisards.

A la fin de la guerre, elle partit vivre 5 ans en Algérie…c’est là qu’elle  découvrit les épices, encore peu connu en France. Et très vite elle combina donc la cuisine aux épices à la gastronomie française, faisant de la reine des casseroles, surnom que nous lui donnions, un précurseur des saveurs exotiques si prisées de nos jours.

Du coup j’ai toujours baigné dans ce mélange de saveurs et l’art d’allier des choses improbables. Elle nous faisait toujours des plats différents, détestant la routine et allant piocher ses idées dans des dictionnaires de cuisine du début 1900 avec ses idées actuelles…C’était hyper surprenant et génial !

Bref elle avait l’amour de la cuisine, de la surprise et également de son petit fils bien sur….Elle me manque tant….

No Comments

Post a Comment