Alienum phaedrum torquatos nec eu, vis detraxit periculis ex, nihil expetendis in mei. Mei an pericula euripidis, hinc partem.

Cahier des Charges & Conserverie

Mémé Suzon / Entreprise  / Cahier des Charges & Conserverie

Cahier des Charges & Conserverie

Lorsque je me suis lancé dans ce projet, le cahier des charges que je me suis imposé pour la fabrication de mes terrines était exigeant. Tout d’abord je souhaitais proposer un produit de longue conservation sans conservateur. Un peu antagoniste comme décision…autant dire que lorsque j’en parlais autour de moi, les gens me prenaient pour un illuminé.

En tant que puriste, je souhaitais également que de la matière noble dans la composition de mes terrines : pas de pain, ni farine ou encore œufs pour faire gonfler le poids et réduire le coût de fabrication. Je voulais un pur produit afin que toutes les saveurs soit au max de leurs diffusions.

Enfin, il était évident que compte tenu de ma personnalité et de mon amour du produit, je ne pouvais pas me perdre dans une « multinationale » de la conserverie, où tout est automatisé et sans personnalisation. Il me fallait une petite structure où je puisse voir mes produits, les contempler et être rassuré sur la manière de production, une conserverie familiale avec laquelle j’aurais un rapport direct et simple avec l’artisan.

Ce dernier mot est important car la fabrication artisanale était pour moi une obligation.

Enfin dans mes terrines l’aspect « santé » et le « bien manger » était de rigueur, et mes terrines devaient garantir tout l’apport « bien-être » possible.

Le cahier des charges était donc costaud, cornélien et quasi impossible…mais lorsque l’on me dit « impossible », alors se créé en moi une envie incontrôlable de faire taire les pronostics…

Plus de 6 mois de recherche, de rencontres, de rendez-vous manqués pour enfin trouver ma mariée dont les critères remplissait 100% de mon cahier des charges : La Maison Telme, en Provence

No Comments

Post a Comment